Entité de Bièvre

Bienvenue à la nouvelle commune de Bièvre.

 

L’histoire de Bièvre comme contée en détail dans le livre qui lui est consacré, commence au

VIII siècle, comme dépendance des biens de la couronne dans le duché de Luxembourg. C’est à cette période que l’abbé de Mouzon propriétaire de la seigneurie de Bièvre décida de construire une nouvelle ville sur le territoire de Proisy. Il faut attendre 1612-1630 l’apparition des d’Orchimont qui après avoir cédé une partie de la seigneurie de Bièvre, parvinrent après plusieurs générations, de racheter les parties qu’ils avaient cédées et y ajouter d’autre par des mariages.

Ils furent toutefois obligés de partager la seigneurie de Bièvre avec les seigneurs de la prévôté d’Orchimont.

Pour le recensement de 1766, il y a 161 propriétaires de biens et les bestiaux étaient au nombre de : chevaux 78, bœufs 134, vaches 126, génisses et bentins 75, Moutons et Brebis 1053 et Porcs 48.

 

En 1796 il y a 21 laboureurs, 24 maison de 1ère classe, 17 de 2e classe et 11 de 3e classe.

 

Si les archives, nous détaillent la vie des habitants de Bièvre sous l’Ancien régime, celles-ci sont en partie manquantes et il faut attendre 1851 pour connaître la vie du nouveau régime. Le 23 août 1914, les habitants de Bièvre virent 64 maisons et 10 annexes incendiées par les Allemands. 267 personnes furent privées d’abri, 192 sont tombées à charge de l’assistance publique.

Heureusement les registres de l’état civil échappèrent aux incendies et nous avons pu présenter 54 tableaux des ascendants de 28 familles de Bièvre. Pour les d’Orchimont, nous avons publié les ascendants sur 12 générations.

 

L’école fait partie des acquis de Bièvre en 1809.

 

En 1880, inauguration de la ligne de chemin de fer Gedinne-Bertrix, en 1882 Bertrix- Libramont.

 

En 1885, éclairage des rues avec des réverbères à pétrole.

 

En 1894, construction d’une nouvelle église à l’emplacement de l’ancienne.

 

En 1899, installation d’une distribution d’eau.

 

En 1922, comme dans tous les villages du canton de Gedinne ; études pour l’installation de l’électricité.

 

L’an 1971 le 23 juillet, loi sur la fusion des communes, la proposition originelle Bièvre, Oizy Baillamont, Gembes, Graide, Monceau, Naomé, Porcheresse, et les sections de Cornimont et Gros-fays seraient fusionnées avec Alle, Bohan, Orchimont, Poupehan, Rochehaut, Sugny, Vresse.

 

La circulaire du ministère de l’intérieur du 09-09-1974 prévoyait la fusion de Bièvre lieu de résidence des services communaux avec Monceau-en-Ardenne, fusionné en 1964 avec Bellefontaine et Petit-Fays ; Oizy, fusionné le 06-07-1964, avec Baillamont, Cornimont, et Gros-Fays ; Graide et Naomé.

 

A ce jour après l’étude des communes de Graide, Monceau, Naomé, Oizy, et Petit-Fays et la publication des positions des conseils communaux dans nos livres ; nous pouvons vous affirmer qu’aucune de ces communes ne voulait rejoindre Bièvre.

 

 

Graide :

 

Le 13-03-1973, réunion à Naomé des mandataires de Haut-Fays, Gembes, Porcheresse, Daverdisse, Opont et Graide représentant une population de 3 000 habitants ; décident à l’unanimité de proposer les communes ci-dessus avec Graide comme centre administratif.

 

Le 27-10-1974, vu la gravité de la situation le conseil décide une consultation des habitants dont 55 % des votants émettent un avis défavorable ; cette position rejoint la position du conseil communal.

 

 

Naomé :

 

Le 06-02-1973 le conseil propose la fusion avec Graide, Opont, Gembes, Porcheresse, Haut-Fays et Daverdisse. Le 24-04-1973, réunion pour Naomé, Carlsbourg et Opont.

 

Le 09-10-1973, proposition de fusion de Naomé avec Paliseul.

 

Le 04-12-1974, le conseil se rallie à la position d’Oizy de ne pas accepter le plan Michel et d’accepter la proposition d’Oizy ; la création d’une entité regroupant les communes de Naomé, Oizy, Monceau-en-Ardenne, Orchimont et Nafraiture.

 

 

Oizy :

 

Oizy, fusionné par la loi du 06-07-1964 avec Baillamont, Cornimont et Gros-Fays.

Le 27-03-1973, le conseil propose la fusion avec Monceau-en-Ardenne et Vivy avec Oizy comme centre.

Le 05-12-1974, fusion avec Naomé, Monceau en Ardenne, Orchimont et Nafraiture.

Le 25-09-1975, le conseil décide d’adhérer au Front National de Défense de la Démocratie communale.

 

 

Monceau et Petit-Fays, fusionné en 1964 avec Bellefontaine ont eut la même destinée :

 

Le 20 décembre 1974, vu le résultat de l’assemblée tenue par les représentants des communes de Oizy, Monceau-en-Ardenne, Nafraiture, Naomé et Orchimont, à l’initiative de l’administration communale d’Oizy sur un éventuel projet de fusion entre ces différentes communes semblerait plus favorable aux administrés de ces communes. Propose aux Autorités Supérieures : d’envisager le regroupement des communes de Monceau-en-Ardenne, Nafraiture, Naomé, Oizy, Orchimont et éventuellement Graide, à condition que la commune de Monceau-en-Ardenne soit désignée comme commune centre.

 

 

Note :

 

Cette aversion à la fusion des communes avec Bièvre peut s’expliquer par l’histoire de ces communes. Bièvre fût un fief de la prévôté d’Orchimont.

La paroisse de Graide décanat, regroupait les villages de Porcheresse, Naomé, fiefs de la prévôté d’Orchimont, les Abbyes, (Opont avec Fresne, Beth et Our duché de Bouillon).

Oizy avait été divisé en deux sections en 1230, la première section était intégrée dans la prévôté d’Orchimont avec Monceau et Petit-Fays, et l’autre section faisait partie du duché de Bouillon avec Gros-Fays et Cornimont.

Baillamont fief de la prévôté d’Orchimont, relevait également de la paroisse d’Oizy.

 

  • © genealogie-passion.be