Oisy

Oisy

 

 

Son histoire, ses familles...

 

Oizy, Son Histoire ses Familles, est le quatrième livre d’une série que nous espérons longue consacré aux villages de la nouvelle entité de Bièvre. Nous avons à ce jour publié neuf livres dédiés aux 12 communes de Gedinne. Sous l’ancien régime, Oizy en partie avec ses annexes Baillamont, Monceau et Petit-Fays, faisait partie de la prévôté d’Orchimont province du Luxembourg. La seconde partie de la paroisse, faisait partie du Duché de Bouillon depuis 1230.

Nous proposons toujours le même format et la même structure que celui que nous avons utilisé pour les livres précédents. Nous publions donc quantité de textes originaux et pour transmettre à nos lecteurs la saveur du passé, nous les reproduisons tels qu'ils ont été transcrits à l'époque ; pour les différencier nous les avons placés entre « guillemets ».

Certains mots illisibles dans les textes ont été remplacés par trois petits points. Nous utilisons quelques abréviations pour renseigner les dates : cir = environ, cette date peut varier de plus ou moins 30 ans ; abt est une date calculée, donc : très proche de la vérité.

Pour une plus grande compréhension de la suite généalogique des seigneurs, nous avons ajouté cinq pages qui sont une synthèse de la généalogie des seigneurs de Oizy, car la seigneurie depuis 1230 était divisée en deux parts, le duché, dépendant de la seigneurie de Gros-Fays et la province.

 

Dans les études précédentes nous avons découvert peu de documents écrits consacrés à l’histoire de nos villages, Graide et Oizy étant deux exceptions :

Graide avec le livre de Monsieur Camille Mouzelard publié en 1972.

Oizy : un document de 23 pages, « NOTICE HISTORIQUE sur Le VILLAGE D’OISY » imprimerie Douxfils-V. Devaux, successeur et un fascicule format 11.5 x 20 cm, publié par l’imprimerie Dupiereux–Wautlet à Namur reprenant un extrait de L’Echo de Namur, du 25 juin 1889.

Ce dernier fascicule est en fait la synthèse du premier document. En sus un article sur l’église de Oizy parut en 1995 dans la revue « De la Meuse à l’Ardenne » sous la plume de Jean Louis Javaux.

A l'issue de cette étude, nous pouvons réaffirmer que les habitants de Oizy comme ceux des quinze autres villages étudiés, étaient contrairement aux idées reçues, pour leur majorité lettrés.

 

Le 19 juin 1735, dans son contrat, le nouveau vicaire de Oizy « promet de bien instruire la jeunesse de tenir escolle a commencer par chaque année a la Toussaint de finire le quinze avril et de donner très bien ses soins a les apprendre a bien lire escrire et leurs plain champs ». En 1776, la communauté d’Houdremont payait pour l’entretien de l’école à Louette-Saint-Pierre. Pour le recensement de 1766, les déclarations personnelles sont signées par 67% des propriétaires à Oizy, 80 % à Naomé, 77 % à Louette-Saint-Denis et Louette-Saint-Pierre, 76% pour Bièvre, 72 % à Houdremont, 70 % à Graide et de 57,5 % à Willerzie.

 

L'on cite, l'éducation des enfants par le curé, rendue obligatoire par le maire, dans un acte de 1792 à Sart-Custinne, un instituteur à Rienne le 3 mai 1803, une école à Bourseigne en 1809, un instituteur à Louette-Saint-Denis en 1813, la fixation du salaire de l’instituteur de Graide à 47 fr 25 le 29-06-1819, la construction d'une école à Gedinne en 1825, le payement de l’instituteur Rezette en 1830 à Oizy, à Naomé, un revenu annuel basé sur une fondation dont la participation aux frais de l’enseignement était de 210 francs en 1843, de 222 francs en 1850 soit 37% du coût de l’enseignement, une école recensée en 1830 à Willerzie et enfin un contrat pour l'engagement d'un instituteur à Vencimont en 1834 et à Louette-Saint-Pierre en 1843.

Vers 1850 la plupart des personnes signaient les actes de mariage, exception de personnes âgées en grande majorité des dames et des personnes étrangères à notre région, hommes ou femmes.

 

 

 

 

 

  • © genealogie-passion.be